Y'a pas de nom? Mais si, Yapadnom!

Un forum rôleplay ou l'humour et la bonne humeur sont de rigueur! Garantie sans prise de tête.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Madame Roxane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zokharis
Felineus Sylvestris Floodus
avatar

Nombre de messages : 1664
Age : 40
Localisation : 2eme étoile à droite et tout droit jusqu'au levant.
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Madame Roxane   Sam 16 Juin - 23:10




I. Renseignements généraux

[†] Nom : Montespellario
[†] Prénom : Ester
[†] Surnom : Madame Roxane
[†] Âge : 42 ans
[†] Race : humaine
[†] Lieu de naissance : Lille en France
[†] Parti : … Comment choisir sans être encore concerné ?
[†] Statut : Chez les Nobles
[†] Fonction : Esclave, de qui ? Reste à voir.


[†] Sentiments vis à vis des jumeaux et vampires:

Roxane se rappelait d’un jeu auquel elle jouait quand elle avait 18 ans. Cela s’appelait la Mascarade, on y interprétait des Vampires. Tout en se rappelant cela, elle se demandait si ces Vampire là, enfin, les vrais, étaient aussi tordus que certains des joueurs qu’elle avait croisés…. Bien qu’à la réflexion, elle se posait plus la question si ces tordus là, n’étaient pas des vrais Vampires qu’elle aurait croisé ! L’idée l’amusa, imaginant le joueur, Sir Nathan en vrai Vampire adepte de l’art et du théâtre.
*Mais fie de ces basses questions!* Songeait l’humaine curieuse de tout même de l’effrayant.

*Elevons les pensées! Ainsi les vampires existent… Sont-ils récents ? Comment ont-ils pu passer inaperçus? Sont-ils éternels ? Si ils le sont, il est normal qu’ils nous considèrent comme du bétail. Déjà que les riches font de même avec les pauvres en leur achetant des organes au marché noir pour sauver leur pitoyable existence.

Mais peuvent-ils sortir à la lumière du jours? Craignent-ils vraiment l’ail? Et un saucisson à l’ail?*
Elle s’imagina la scène quelque instant, elle brandissant un saucisson en déclarant haut et fort : *HahAaa ! J’ai un saucisson à l’ail ! Et je n’hésiterai pas à m’en servir!…* Elle sourit à nouveau, ayant de gros doutes sur l'efficacité d'une telle arme, avant de revenir à des question plus … correctes… *Sentent-ils l’alcool quand ils boivent le sang d’une personne ivre? Est-ce que ça marche pour le chocolat? Et font-ils pipi? … Hmm? J’ai déjà vu plus élevés comme pensées, là tout de même… Mais que font-ils sur cette île?*

Ainsi était Roxane, une femme cherchant à comprendre plutôt que juger.


II. Descriptions

[†] Description physique :

Elle n’était ni svelte, ni élancée.
Elle n’avait pas une beauté irréelle, cela devenait tellement commun avec la chirurgie esthétique.
Elle n’avait pas non plus une beauté sauvage et encore moins une beauté mystérieuse.
Il faut dire que porter des lunettes, qui ne sont pas de soleil, rendait terriblement moins mystérieuse une personne. Quant aux lunettes de soleil, elle trouvait qu’elles étaient créés pour attirer l’attention plutôt que la discrétion. Bien des fois, dans les loges, elle n’avait pas reconnu une star car elle ne portait pas ses lunettes de soleil.

Mais revenons à sa description.
Madame Roxane, qui tenait à son Madame, était semblable à l’une de ces dames de la haute société que l’on croisait l’hors de soirées mondaines et terriblement dépravées. Ce genre de dame qui portait sans le vouloir une maille à un bas et qui la semaine suivante, tout autant sans le vouloir, lançait la mode auprès des pin-up qui n’avaient pas jugé que la maille n’était pas un caprice esthétique mais un accident.

Elle était l’une de ces vieilles dames toujours fantasques et excentriques qui portaient des bagues à chaque doigt et s’entourait d’animaux à poil ou a plumes qu’elles choyaient. Chez elle, avant d’être en Islande, c’était les chats. Elle en avait sous toutes formes, autant vivant qu’en sculpture et elle leur parlait. Elle aimait tant ces félins que dans sa prime jeunesse, elle s’était faite tatoué des rayures le long de la colonne vertébrale ; Rayures qu’elle arborait toujours fièrement. Il faut dire que dans cette jeunesse là, avant que son époux et son travaille ne déborde sur sa vie, elle fut une gothique. Comme toutes gothiques, elle détestait ce mot, tant qu’à choisir un style architectural elle se préférait Baroque avec une nette tendance au Rococo, mais les choses étaient ainsi.

Toujours de cette jeunesse, un peu désordonnée, elle en avait gardé certains symptômes ; comme une préférence pour les habits noirs, les bagues armures, elle s’était faite un jeu sur mesure, semblable à des griffes de chats, et surtout, une aversion pour le soleil. Il faut dire que sa nature rousse, qu’elle cachait sous une teinture noire, l’encourageait à aller dans ce sens. Si bien que sous ses lunettes et sa chevelure teintée de noire et à présent grisonnante, elle affichait un teint pale à en rendre jaloux un carrelage de salle de bain.

Elle aimait les chapeaux autant que les sucreries, que le fond de teint façon talc et que la créme protection indice 60. Mais son tour de taille ayant porté plainte plusieurs fois contre -sabotage à un silhouette potable-, l’humaine était devenu une experte en régime en tout genre pour conserver son 90 c, 70, 100. Bien qu’elle se ruait toujours autant sur le chocolat quand elle avait des soucis.
Parfois, fatigué, elle pouvait boiter de sa jambe gauche. Elle gardait jalousement le secret de cet accident qui avait engendré cette longue cicatrice à sa jambe. Elle avait retourné cet handicap en avantage, profitant de ce boitage pour agrémenter ses tenues d’une haute canne sculptée ou d’une ombrelle longue.
Mais malgré tout ses défauts, Madame Roxane avait un certain charisme, peut-être celui d’un vieux meuble qu’une grand-mère avait laissé en héritage, ou peut-être, tout simplement, celui de son animal fétiche qu’elle cherchait tant à imiter, le chat.


[†] Description caractérielle :

(Qui sera courte car du caractère fut mit dans le physique)

A force de traîner avec des chats, elle en a attraper le caractère capricieux et sadique. Car
Soyons franc, Madame Roxane est une maniaque fantasque qui trouvera toujours quelque chose à redire même si tout semble parfait.

Mais ce défaut de fabrication, dans le travail de Madame Roxane, est un qualité. N’allez pas croire que Madame Roxane, qui tient à son Madame, soit une entremetteuse, Madame n’est seulement qu’une chef costumière qui fit ses armes à l’opéra de Paris et souvent elle vous rappellera qu’elle n’a qu’un seul Seigneur : Le Roi Soleil. Et si il était un Vampire l’Opéra de Paris en serait le premier avertit ! Tout cela elle le dira, de sa voix usée, en martelant le sol de sa canne comme le fond les chorégraphie de Ballais pour marquer le tempo.

La vielle humaine reste malgré tout jeune dans l’âme. Et, pour qui sait l’écouter, ses sarcasmes sur la vie, son cynisme naturel ou ses conseils peuvent s’avérer être un diamant pur ou étoile polaire dans la nuit de la vie. Parfois elle sera un Méphistophélès entraînant Faust sur les pentes du péché et d’autre fois elle sera une amie désintéressée qui veut aider.
Tel un chat sur les genoux qui s’apprête à griffer la main qui le caresse, Madame Roxane est versatile.

_________________
./_/. Fleurageant les rhododendroves
(='.'=) J’ai liré et gamblé dans les wabes
(")_(") Pour frimer vers les pétuniove
--------- Et les momes raths en grabe


Dernière édition par le Lun 18 Juin - 20:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zokharis
Felineus Sylvestris Floodus
avatar

Nombre de messages : 1664
Age : 40
Localisation : 2eme étoile à droite et tout droit jusqu'au levant.
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: Madame Roxane   Sam 16 Juin - 23:10

[†] Histoire :
Comment résumé 42 ans d’une vie bien remplit en moins d’une page? A moins d’écrire la biographie de Jordy, je ne vois pas comment faire.
Je propose de raccourcir pour laisser des surprises anecdotiques.

Ester n’avait pas eut d’enfance malheureuse, bien qu’elle était le vilain petit canard de la classe. Mais comme tout vilain petit canard, tôt ou tard on devient cygne. Elle fut un gracieux cygne à 17 ans, narguant celles qui l’avaient raillée et se pavanant devant les garçons qui l’avaient rejeté. A présent qu’elle en avait 42, elle regardait avec mélencolie les photos de son passé.

Elle ne regrettait pas son passé de vilain petit canard, elle remerciait même les dégénérés qui l’avaient forcé à vivre dans son monde. Son monde se résumait à la télévision et la bibliothèque municipale.

Elle avait passé ses années d’enfance à étudier, si bien que ses parents voulaient qu’elle suive des études scientifiques mais autre chose l’attira, telle une flamme attire le papillon de nuit.
Cette nuit ce nommait Johan.

Elle avait 17 ans et elle l’avait insulté au premier jours de leur rencontre. Lui, le gothique respecté du lycée, en était resté bouche baie.
Certains disent que toutes les histoires d’amour finissent mal, Ester compris qu’elles pouvaient tout aussi mal commencer. Les querelles du gothique et du vilain petit canard se transformèrent en joutes verbale, puis en échange de savoir. Comme Johan, Ester était féru de Geotie et de jeu de rôle. Ils partagèrent du temps et un exposé ensemble, ironie du sort, sur les vampires…
Puis, il s’en alla, alors qu’elle l’aimait, il n’avait pas prit garde au petit canard. Elle du se résoudre à admettre qu’il était bien plus séduit par les filles habillées de noirs et si jolies… A nouveau, elle se retrouvait seule, mais, cette fois, animée d’une colère, celle de la jalousie. Et elle se vengea.
Le vilain petit canard, au lieu de devenir un blanc cygne, devint un cygne noir.

C’est ainsi qu’Ester devint une gothique. Alors que Johan revenait vers elle, elle le méprisa, elle tenait enfin sa vengeance, et avait saisi l’un des principaux principe de la vie : La beauté donne tout à celui qui sait en user.
Marchant sur cette ligne, elle tomba dans les excès devenant arrogante et orgueilleuse mais aussi raillant les principes mêmes des cannons de beauté.
Elle voulait attaquer le problème à sa source, elle deviendrait styliste, mais… alors que des images de podium se dessinaient devant-elle, lentement dans son âme s’insinua une autre aspiration. Cette aspiration fit son chemin, se nicha, s’étala et pour finir recouvrit tout sur son passage. Ester n’était pas née pour la mode mais pour le théâtre. Comme par instinct naturel, la jeune femme savait placer les baleines sur les corsets, monter des crinolines et des tournures et connaissait les patrons anciens. Elle faisait tout d’instinct et pourtant, à la surprise de ses enseignants, elle suivait ce qui avait déjà été fait, mais sans le savoir…


Les années passèrent, le temps s’écoula.
A présent, Esther était Madame Roxane Chef Costumière à l’Opéra de Paris.

Tout allait pour le mieux jusqu'à ce que…
Un accident de voiture emporta son époux et son enfant. Cette tragique anecdote l’enferma dans son amour des chats et la maintint à distance des amis, car souvent, quand une personne est en peine, les amis essayent de consoler mais quand elle ne se ressaisit pas, les amis s’éloignent.
Les amis sont comme des oiseaux, ils viennent quant ils y a des graines, reviennent quand ils y en a plus, car ils ont prit l’habitude et qu’ils cherchent encore. Mais ils s’éloignent pour de bon quand après 2 semaines d’attente aucun signe de graines ne vient.
Et c’est ainsi que les choses se passèrent, ses amis disparurent dans les méandres de la vie et des déménagements, ce qui n’était pas plus mal car ils rappelait à Ester son mari. Et de nouveaux prenaient place.
Ils étaient plus des connaissances de travaille que de vrai compagnons de vie, mais Ester qui se faisait appeler Madame Roxane s’en contentait avec satisfaction.

A présent, Ester se contentait de sa solitude, de ses chats, des fêtes nocturnes alcoolisées et de l’amour pour son travail.


Mais, comment est-elle là ?

Pourquoi faut-il toujours que se soit au crépuscule que l’on vienne annoncer les nouvelles extraordinaires ? Fut la phrase qu’elle dit quand un reporter, l’une de ses connaissances, vint la voir pour dire qu’il avait un scoop d’enfer!
C’est pour l’effet dramatique de l’instant? Rajouta-t-elle
Ainsi fut-elle embarqué à la suite de son ami. Celui-ci avait des nouvelles incroyables, il avait déniché des infos sur un trafique d’êtres humains pour l’Islande. Un bateau devait partir le soir même.
Madame Roxane se demandait ce qu’elle venait faire dans cette histoire et, à sa question, le reporter lui signala qu’elle était la seule à posséder une camionnette assez grande pour transporter son matériel vidéo. Ester souligna de juste que SA camionnette était celle de l’Opéra, et qu’une même camionnette était à la disposition de tout reporter dans les locos de la chaine télévisé du dit reporter. Sauf quand on prend le reporter pour un malade, justifia l’homme concerné.
Ainsi, Madame Roxane, un caméraman et un reporter se retrouvèrent en embuscade à observer un embarcadère de la zone industrielle de Dunkerque.
Madame Roxane souligna, -sous les Chhut ! Tais-toi ! Insistant de ses compagnons-, que Dunkerque possédait un très amusant carnaval et qu’une camionnette flanqué des blasons de l’Opéra de Paris n’était pas le summum de la discrétion pour l’espionnage.
-En Effet.
Fut la dernière phrase qu’entendit Ester avant de se retrouver en Islande.

Je reste vague sur la fin de l’histoire, pour laisser tout loisir au futur maître de l’écrire avec moi. Enfin, si un malheureux seigneur vampire se désigne volontaire pour supporter mon personnage.





III. Dans la vie courante
[†] Style de combat :

Peut-être que le secret de sa cicatrice réside dans cette section.
Ester est une escrimeuse. Comme toute femme de théâtre, elle a manié la rapière et le fleuret, chose étrange n’est-il pas? Et pourtant, le soir, sur les scènes déserte, alors que les artistes se démaquillaient ou que les danseuses dans les arrières salles s’entraînaient, Madame Roxane, sur scène, croisait le fer pour passer ses nerfs avec un bretteur, souvent le maître d’arme. Maître d’arme chargé de donner des leçons pour éviter qu’un Cyrano n’embroche pour de vrai son rival.
Son style de combat n’est pas celui d’un escrimeur chevronné. Il serait plus proche du : vous connaissez la botte de Richelieu ? Oui ? Qu’elle chance ! Vous me montrez. Ho ? Nous étions ennemi ? Montrez moi juste, par curiosité et on reprend, cela vous convient-il ?
Parlons arme à feu et arbalète. Si on oublie qu’elle ne différencie pas les chargeurs des automatique plein avec les vides, qu’elle est incapable de charger l’arbalète car la corde est résistance et qu’avec un arc, elle a la capacité toucher ses compagnons, en effet de ces armes, elle sait se servir.

[†] Relations :

Veuve.

Si vous avez besoin d'un caméraman, d'un styliste, d'une invitation au prochain défilé Christian Lacroix, vous vous adressez à la bonne personne.

[†] Signes particuliers :

A part sa folie au stade finale?
Un tatouage dorsale, souvenir de jeunesse ainsi qu'une cicatrice disgrâcieuse à la cuisse gauche, souvenir de cette même jeunesse.

IV. En plus

_________________
./_/. Fleurageant les rhododendroves
(='.'=) J’ai liré et gamblé dans les wabes
(")_(") Pour frimer vers les pétuniove
--------- Et les momes raths en grabe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zokharis
Felineus Sylvestris Floodus
avatar

Nombre de messages : 1664
Age : 40
Localisation : 2eme étoile à droite et tout droit jusqu'au levant.
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: Madame Roxane   Dim 12 Aoû - 13:05

[Â]ge Réel : 42 ans
[A]pparence : Ni svelte, ni élancée, ni d’une beauté irréelle, ni d’une beauté sauvage, ni d’une beauté mystérieuse, simplement elle. Fantasque et exubérante, usant d’artifices pour changer d’apparence, la dame peu paraître poupée de porcelaine un jour et le lendemain Hawaïenne en vadrouille, ses cheveux suivant de même ses lubies. Madame Roxane fait partie de la catégorie des étranges personnes qui adaptent leur caractère aux vêtements et non l’inverse. De plus, semblant suivre son envie de rébellion, son physique n’est pas celui des jolies anorexiques, à seins mais sans hanches, peuplant le Palais, mais bien celui d’une pin-up des années 50 qui possède une gorge généreuse et une taille de guêpe mise en valeur par la rondeur des hanches. Excentrique jusqu’au bout des ongles, elle semble porter en étendard toutes ses différences.
[M]aître/Esclave de : [E] du Baron Andréa / Ex [E] de Kalan de Vital
[L]ignée :
[G]énération :
[I]nventaire : Parfois une canne-épée, souvent son kiseru, toujours ses lunettes. Ses vêtements changent et varient comme l’océan et ses humeurs. Un esprit, une hargne et un humour hors norme. Plus un bouclier sentimental nommé : « feu mon époux, cet Imajaghan ».
[E]tat de santé : Bon


_________________
./_/. Fleurageant les rhododendroves
(='.'=) J’ai liré et gamblé dans les wabes
(")_(") Pour frimer vers les pétuniove
--------- Et les momes raths en grabe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Madame Roxane   

Revenir en haut Aller en bas
 
Madame Roxane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Remettre en question le leadership de Madame Maryse Narcisse !
» Madame Duvivier a-t-elle un programme de gouvernement ?
» Mirlande Manigat prend position pour Madame Michelle Duvivier Pierre-Louis
» Henriette d'Angleterre, dit Madame ... [terminé]
» Présentation de Roxane.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Y'a pas de nom? Mais si, Yapadnom! :: ▼ La Bibliothèque ▼ (connaissances et archives) ▼ :: ▼ Les Souvenirs de Voyage ▼ :: ▼ Personnages-
Sauter vers: